Infos cultures : Colza

Les maladies du colza

Alternaria

Alternariose sur colza

L’alternaria se développe au printemps sur les siliques, notamment pendant les périodes orageuses au printemps. Elle est susceptible d’infecter toutes les parties aériennes du colza à tout stade de la culture. 

1. Quels sont les symptômes ?

L’alternaria provoque des taches brun-noir de 0,5 à 3mm entourées d’un halo jaune. En se développant, les taches s’agrandissent pour mesurer environ 15mm de diamètre. Sur les tiges, les taches sont noires et allongées alors qu’elles sont circulaires sur les siliques.

2. Le cycle de vie de l'Alternaria

Le sclérotinia se conserve dans le sol sous forme de sclérotes. Les sclérotes libèrent des spores au printemps lorsque le sol est humide. Ces spores vont contaminer les pétales de colza qui en tombant sur les feuilles vont permettre au mycélium d’infecter le limbe puis la tige. La germination des sclérotes se réalise à partir de 5°C et avec une humidité importante (>92%). Lors de la récolte, les sclérotes formés dans la tige tombent au sol et sont conservés pendant plusieurs années, entre 6 et 10 ans. Le sclérotinia contamine le colza pendant toute la durée de floraison.

3. Nuisibilité

La présence de la maladie sur les siliques entraine un échaudage des grains et un éclatement des siliques plus important. Les pertes de rendement varient en fonction de la précocité et de l’intensité de l’attaque, mais elles peuvent aller jusqu’à 6 qx/ha.

Oïdium

Oïdium sur colza

L’oïdium se développe souvent dans le sud de la France, mais, en cas d’hiver et de printemps chauds et secs, il peut être présent dans les bassins Nord.

1. Quels sont les symptômes ?

L’oïdium sur le colza apparaît d’abord sous forme de feutrage blanc sur les feuilles puis en se développant, on observe des ponctuations noires. Ces taches sont ensuite visibles sur les tiges et siliques. L’oïdium est favorisé par les fortes températures, d’où son développement fréquent dans le sud de la France.

2. Le cycle de vie de l'Oïdium

L’oïdium est favorisé par des températures douces, environ 20°C et avec un temps sec. Les fortes pluies sont défavorables à la progression de la maladie. L’oïdium est disséminé par le vent.

3. Nuisibilité

Les pertes de rendement peuvent atteindre 13 qx/ha en cas de fortes attaques. Cette maladie retarde également la maturation des grains et siliques et provoque une hétérogénéité dans la parcelle qui perturbera la récolte.

Phoma

Phoma sur colza

Le phoma est un champignon qui peut provoquer des pertes de rendements de plusieurs qx/ha si l’attaque est forte et précoce. La lutte est essentiellement composée de pratiques culturales appropriées et l’implantation de variétés tolérantes.

1. Quels sont les symptômes ?

Le phoma est caractérisé par des taches blanches-grisâtres. Elles peuvent s’observer dès l’automne sur les feuilles puis sur les tiges et siliques. Elles présentent des points noirs appelés pycnides.

2. Le cycle de vie du Phoma

Le champignon se conserve sur les résidus de cultures (paille contaminée). Le champignon libère des ascospores qui sont responsables des contaminations à l’automne. 

3. Nuisibilité

La présence de phoma sur les feuilles n’engendre pas de perte de rendement. Tandis que les attaques au niveau du collet peuvent entrainer des pertes jusqu’à 15% en cas de fortes attaques.

Sclérotinia

Sclérotinia sur colza

Le sclérotinia est une des principales maladies du colza. Il peut provoquer des dégâts très important mais peut être contrôlé si la protection fongicide est appliquée au bon moment, c’est-à-dire dès la chute des premières fleurs (stade G1).

1. Quels sont les symptômes ?

Le sclérotinia peut se conserver pendant 6 à 10 ans dans le sol sous forme de sclérotes. Les sclérotes libèrent des spores au printemps lorsque le sol est humide. Ces spores vont contaminer les pétales de colza qui en tombant sur les feuilles vont permettre au mycélium d’infecter le limbe puis la tige. La germination des sclérotes se réalise à partir de 5°C et avec une humidité importante (>92%). Lors de la récolte, les sclérotes formés dans la tige tombent au sol et sont conservés pendant plusieurs années. Le sclérotinia contamine le colza pendant toute la durée de la floraison.

2. Le cycle de vie de la Sclérotinia

Le champignon à l’origine de la rouille produit différents spores qui se libèrent par un déchirement de l’épiderme de la feuille, qui provoquent donc les pustules. Les spores germent en présence de forte humidité (95%), d’une température douce (10-20°C) et sont disséminés par le vent, la pluie et l’irrigation. Une phase de sporulation a lieu tous les 15 jours environs.

3. Nuisibilité

Les pertes de rendement peuvent atteindre 20 qx/ha en raison d’une diminution du PMG et un égrenage plus important.

Leviers agronomiques

Choix variétal

Les variétés ne sont pas toutes égales face aux pathogènes. Toutes les variétés sont notées avec un indice de tolérance aux pathogènes.

Densité

Avec une densité de semis élevée, les conditions du milieu seront plus favorables au développement des maladies.

Fertilisation

Un surplus de fertilisation azotée engendre un développement du feuillage important de la plante : contexte idéal pour le développement des pathogènes.

Dates des semis

Plus le semis sera précoce, plus le colza sera exposé aux cycles de développement de pathogènes

Quelles solutions dans la gamme Phyteurop ?

Section à compléter

Essais

Section à compléter