Infos cultures : Blé

Les maladies du blé

Fusariose

Maladie des céréales : la fusariose

La fusariose du blé est composée de nombreuses espèces du genre Fusarium. Tous ces champignons infectent les grains, les jeunes plants et les plants adultes. L’agent pathogène est généralement issu des semences.

1. Quels sont les symptômes ?

Les symptômes apparaissent souvent à la base de la tige, elle s’étend ensuite à la gaine de la feuille et se caractérise par la présence de longues stries brunes. Un symptôme fréquent est une coloration brun foncé sur les nœuds inférieurs. Une verse de la culture peut être causée par le pourissement de la tige. La fusariose entraine également un blanchiment d’une partie ou de tout l’épi. Ce symptôme apparait lorsque les épis sont infectés à la floraison.

2. Le cycle de vie de la Fusariose

Ce sont les grains de blé qui sont la principale source de Fusarium, cependant, le champignon peut également être présent dans les débris au sol. Les spores se disséminent lors de périodes de forte hygrométrie pendant le floraison et la formation des grains. Les spores sont dispersés par des éclaboussures lors des pluies. L’infection des grains par la fusariose peut compremettre le développement de la culture.

3. Nuisibilité

La fusariose peut causer des pertes de rendement de l’ordre de 15 à 30qtx/ha. De plus, la maladie affecte la qualité de la récolte en produisant des mycotoxines. Ces mycotoxines engendrent une baisse du PS, du PMG ou encore de la capacité germinative. Les mycotoxines sont des substances toxiques et leur présence dans l’alimentation humaine et animake est réglementée par la législation européenne.

Oïdium

Maladie des céréales : l'oïdium

L’oïdium peut attaquer le blé pendant toute la période culture, il contamine d’abord les feuilles puis les épis. La maladie sévit sur l’ensemble du territoire, mais se rencontre surtout chez les variétés sensibles. L’oïdium n’est vraiment nocif que lorsqu’il contamine les épis.

1. Quels sont les symptômes ?

L’oïdium se caractérise par des pustules blanches avec une apparence poudreuse. Elle est présente notamment sur les feuilles, les tiges et sur les épis. En se développant, les pustules foncent et deviennent grise ou brune.

2. Le cycle de vie de l'Oïdium

Cette maladie hiverne essentiellement sous forme de mycélium sur les repousses de céréales et les cultures d’automne. Les champignons résistent aux températures basses ainsi qu’à la sècheresse. Lors des période de fortes hygrométrie, les champignons se développent et peuvent provoquer des infections à l’automne. Puis au printemps avec la remontée des températures, le mycélium en dormance commence à se développer et les spores sont rapidement dispersés. La germination des spores se produit avec des températures comprises entre 5 et 30°C. Une température de 15°C avec un taux d’humidité de 95% reste le milieu le plus favorable au développement de la maladie. A savoir que l’eau ihnibe la germination des spores. En cas de sécheresse, des spores peuvent se former au bout de 7 jours.

3. Nuisibilité

Les blés semés tardivement sont particulièrement sensibles aux attaques d’oidïum, et notamment lorsque la culture se développe rapidement au printemps. Des apports azotés important favorise la maladie et peuvent engendrer de sévères attaques dans la culture. Des pertes de rendement de l’ordre de 20% sur des variétés sensibles. Cependant, l’oidïum cause des pertes de rendement beaucoup plus réduites sur les variétés moyennement sensibles. L’apparition d’oidïum après la floraison du blé n’engendre pas de pertes de rendement significatives.

Piétin-verse

C’est une des principales maladies de la tige des céréales. On la rencontre essentiellement dans le Nord et l’Ouest de la France.

1. Quels sont les symptômes ?

Le piétin verse est caractérisé par des tâches brunes foncées sur les gaines de la plante situées à 10-20 cm au-dessus du sol. En se développant, il fragilise la tige suite à des nécroses profondes et perturbe fortement la circulation des sèves qui alimentent l’épi. On distingue donc l’apparition d’épis blancs. 

2. Le cycle de vie du Piétin-verse

L’agent pathogène se développe à partir de l’automne sur les résidus de culture, adventices contaminés et repousses de céréales. Le piétin verse contamine le blé dès la levée. La température optimale pour le développement de la maladie est de 7°C avec une humidité importante (proche de la saturation). Le développement de la maladie est favorisée par des automnes et des hivers doux et humides. Les spores sont disséminés par voie aérienne. Le champignon peut survivre sur des chaumes pendant 3 ans. La sporulation a lieu tout le long de l’automne et de l’hiver. Les symptômes apparaissent environt 6 à 8 semaines après l’infection.

3. Nuisibilité

Le piétin verse peut provoquer une diminution de rendement lorsque la culture est versée.  Les infections peuvent provoquer des pertes de rendements de l’ordre de 10 à 30%. De plus, une culture versée compliquera la récolte.

Rouille

Rouille brune

Maladie des céréales : la rouille brune

Le développement de la rouille brune nécessite des tempéatures douces pour se développer. Elle est présente dans l’Ouest et la moitié Sud de la France. Elle affecte des céréales comme le blé tendre, blé dur et le triticale.

1. Quels sont les symptômes ?

Les symptômes de la rouille brune peuvent apparaitre en automne sur les cultures semées pécocément. Elle est caractérisée par des pustules de orange-brune. Par opposition avec la rouille jaune , les pustules sont organisées de façon aléatoire et se présentent plutot sous forme de rayures. On rencontre la rouille brune essentiellement sur les feuilles. Sur les fortes attaques, on peut la rencontrer sur les tiges et sur les glumes.

2. Le cycle de vie de la Rouille brune

Le champignon hiverne sur les repousses de céréales et les cultures d’automne. On rencontre des grosses périodes d’infection pendant l’été car les conditions optimales requièrent des tempéartures comprises entre 15 et 22°C avec une humidité proche de 100%. De plus c’est en été que l’on retrouve des fortes périodes de vent sec et de nuits fraiches avec de la rosée.

3. Nuisibilité

La rouille brune peut causer des pertes de rendement de l’ordre de 10% mais peut atteindre 40% lors de fortes infestations sur des variétés sensibles.

Rouille jaune

Maladie des céréales : la rouille jaune

La rouille jaune et une maladie qui impacte fortement le rendement. Elle est en forte progression en France, son développement est très lié au climat.

1. Quels sont les symptômes ?

La rouille jaune est caractérisée par des pustules jaune-orangée organisées de façon linéaire entre la nervure des faces supérieurs des feuilles. On rencontre ces pustules sur les feuilles, les gaines et éventuellement sur les épis.

2. Le cycle de vie de la Rouille jaune

Le champignon peut passer l’hiver sur les repousses de céréales ou les cultures d’automne et résiste à des températures très basses (jusqu’à -10°C). Le champignon se développe ensuite au printemps avec un optimum lorsque les températures sont comprises entre 10 et 15°C avec un taux d’humidité proche de la saturation. Les spores sont principalement disséminés par le vent. Le cycle de la maladie peut être achev en 7 jours dans des conditions idéales et peut se répéter de nombreises fois dans la saison.

3. Nuisibilité

Dans les parcelles infectées, la rouille jaune peut engendrer une perte de rendement de 70%. La fréquence de la maladie est plus faible que d’autres mais les conséquences sont plus importantes

Rouille noire

La rouille noire est causée par le champignon Puccinia graminis f.sp tritici. Elle est sensible au froid et ne survit souvent pas aux hivers froids d’Europe Centrale et du Nord.

1. Quels sont les symptômes ?

La rouille noire a comme symptômes des pustules de couleur brune sous forme de rayures. On retrouve ces rayures essentiellement sur les tiges du blé.

2. Le cycle de vie de la Rouille noire

Les infections sont causées par des spores originaires du sud-ouest de l’Europe et de l’Afrique du Nord. Les infections se produisent donc lorsque les mouvements d’airs sont adéquats. La température optimale de développement de la maladie est de 20°C. Les températures inférieures à 15°C inhibent son développement. 

3. Nuisibilité

La faible présence de la maladie en France provoque un faible développement. Elle peut tout de même se développer en fin de saison.

Septoriose

Maladie des céréales : la septoriose

La septoriose est la maladie la plus dommageable pour le blé. On la rencontre partout en France, avec une présence plus importante dans les grands bassins de productions céréalières.

1. Quels sont les symptômes ?

La septoriose peut être observés dès les premières phases de croissance du blé.Elle se caractérise par des symptômes sur les feuilles. On peut remaquer l’apparition des taches ovales jaunatre avec des pycnides (petits points noirs) visibles à l’œil nu. En se développant, les tâches virent au brun. Ce sont les pycnides qui causent la propagation de la maladie.

2. Le cycle de vie de la Septoriose

Cette malaédie est causée par l’attaque d’un champignon qui est présent sous deux formes : la forme sexuée (Mycosphaerella graminicola) et la forme asexuée (Septoria tritici). Les contaminations d’automne sont causées par la présence du champignon sur des résidus de pailles. Le chamignon se développe peut en hiver grâce aux conditions climatiques défavorables. Avec l’arrivée de températures plus élevées au printemps, la maladie se réactive et de nouveaux symptômes vont apparaitre. La température optimal pour le développement de la maladie se situe entre 15 et 20°C avec des longues périodes de forte hygrométrie. En règle générale, la maladie se propage par éclaboussures de pluie sur les feuilles, notamment lorsque des feuilles se chevauchent.

3. Nuisibilité

La septoriose peut engendrer des pertes pouvant atteindre 40qtx/ha. La grosse période de risque de contamination se situe du stade 2 noeurds jusqu’à la floraison.

Leviers agronomiques

Choix variétal

Les variétés ne sont pas toutes égales face aux pathogènes. Toutes les variétés sont notées avec un indice de tolérance aux pathogènes.

Densité

Avec une densité de semis élevée, les conditions du milieu seront plus favorables aux développement des maladies.

Fertilisation

Un surplus de fertilisation azotée engendre un développement du feuillage important de la plante : contexte idéal pour le développement des pathogènes.

Rotation

La succession de cultures de blé peut favoriser le développement des pathogènes.

Dates de semis

Plus le semis sera précoce, plus le blé sera exposé aux cycles de développement de pathogènes

Quelles solutions dans la gamme Phyteurop ?

Section à compléter

Essais blé

Section à compléter