Infos cultures : Betteraves

Les maladies de la betterave

Cercosporiose

La Cercosporiose est une maladie du feuillage en fort développement en France et notamment en Alsace et au Sud de Paris. Cette maladie est susceptible d’engendrer des pertes de rendement et de richesse importantes.

Quels sont les symptômes ?

Des petites tâches rondes grises et liseré rouge/brun apparaissent sur les feuilles. On constate également l’apparition de ponctuations noires au centre des tâches. 

Ces symptômes provoquent un nécrose des feuilles et la destruction du bouquet foliaire.

Le cycle de vie de la Cercosporiose

Lors des périodes chaudes (25-30°C) et humides (>80%), les spores germent sur les feuilles. Ces derniers pénètrent par les stomates et les premières tâches apparaissent rapidement. La maladie se propage ensuite à cause des pluies, irrigation et éclaboussures sur les autres plantes.

Nuisibilité

Les nuisibilités sont multiples : on constate une perte importante de surface foliaire ainsi qu’une perte de rendement entre 15 et 25% et un baisse de teneur en sucre de 1 à 2 points.

Oïdium

L’oïdium est la maladie la plus présente dans toutes les régions de production, mais plus particulièrement en Normandie, dans les Haut de France et au Sud de Paris.   

Quels sont les symptômes ?

L’oïdium se caractérise par des tâches blanches/grisâtres sur la face inférieure des feuilles. Le feutrage mycélien est d’aspect poudreux. Ces symptômes provoquent un dessèchement des feuilles.

Le cycle de vie de l'Oïdium

Le champignon à l’origine de l’oïdium de la betterave est très sensible au froid. Il se conserve durant l’hiver sur les betteraves « sauvages » et les betteraves porte-graines. La dissémination s’effectue principalement avec le vent.

Les spores à l’origine de cette maladie germent en présence d’une forte humidité (90%) et la température optimale pour le développement du champignon est de 20°C.

Nuisibilité

Il s’agit de la maladie la plus répandue sur les cultures de betteraves en France. Il faut absolument veiller à garantir une protection maximale. Les pertes de rendement peuvent atteindre 30% et 1% de teneur de sucre en moins.

Ramulariose

La Ramulariose est une maladie du feuillage très présente au Sud de Paris, dans les Haut de France et en Normandie. Elle est susceptible d’engendrer des baisses de rendement et de richesse. Il faut être vigilant à ne pas la confondre avec la cercosporiose.

Quels sont les symptômes ?

On constate la présence de nécroses assez grandes, sombres en bordure et sans coloration externe. On remarque également une convergence des tâches. Ces symptômes provoquent de dessèchement complet des feuilles.

Le cycle de vie de la Ramulariose

La Ramulariose peut se conserver deux ans dans le sol. La contamination se réalise à partir d’un spore, qui germe en présence d’une humidité supérieure à 95%, d’une température modérée (17-20°C) et qui pénètre dans les feuilles.  Ces spores sont ensuite disséminées par la pluie, l’irrigation et le vent.

Nuisibilité

La Ramulariose conduit à la destruction du feuillage. Elle provoque donc des pertes de rendement jusqu’à 20% et des baisses de teneur en sucre jusqu’à 5%.

Rouille

La Rouille de la betterave est une maladie du feuillage nuisible. Elle est présente principalement dans les Haut de France, en Normandie et au Sud de Paris.

Quels sont les symptômes ?

On reconnaît la rouille avec l’apparition de petites pustules qui libèrent une fine poudre rousse et se développent en cercles.

Les pustules présentes en fin de saison sont plus grandes et brunes. Elles s’assombrissent tout au long de la saison. Ces symptômes provoquent un flétrissement puis un dessèchement des feuilles attaquées.

Le cycle de vie de la Rouille

Le champignon à l’origine de la rouille produit différents spores qui se libèrent par un déchirement de l’épiderme de la feuille, qui provoquent donc les pustules. Les spores germent en présence de forte humidité (95%), d’une température douce (10-20°C) et sont disséminés par le vent, la pluie et l’irrigation. Une phase de sporulation a lieu tous les 15 jours environs.

Nuisibilité

La rouille provoque une perte de surface foliaire qui engendre une baisse de rendement de l’ordre de 10% ainsi qu’une perte de teneur en sucre d’un point.

Leviers agronomiques

Choix variétal

Une des solutions les plus efficaces pour lutter contre les maladies est le choix variétal. De nombreuses variétés sont ainsi classées, notamment par l’ITB (Institut Technique de la Betterave), par tolérance face à chaque maladie. Les variétés tolérantes permettent de limiter le développement de la maladie, voire d’éviter un traitement fongicide.

Densité

Le choix de la densité de semis est primordial pour prévenir l’appartition des maladies. En effet, il faut trouver un bon compromis pour ne pas avoir un couvert trop importantqui facilierait la propagation des maladies par contact entre les feuilles.

Fertilisation

Une plante puisant beaucoup d’azote au démarrage nourrira le champignon qui la parasite. De plus, en végétation, trop d’azote induit plus de feuillages donc plus de contact entre les feuilles ainsi qu’un milieu humide. 

Rotation

Il faut éviter les rorations de moins de 3 ans et d’implanter la culture proche de parcelles fortement contamniées la saison précédente ou d’une aire de stockage avec des résidus afin de limiter la dissémination de l’oniculum.

Labour

Le labour des parcelles contaminées permet d’enfouir les spores et donc de limiter la pression dans la parcelle et dans les parcelles voisines.

Quelles solutions dans la gamme Phyteurop ?